Le temps des sucres

Bonjour,

Voici revenu le temps des sucres. Depuis quelques années, soit depuis que nous sommes rendus à la campagne, nous entaillons des érables, pour notre plaisir et pour notre consommation personnelle. Nous avons 25 chaudières accrochées ici et là dans notre petit boisé. C’est pas mal à la bonne franquette.

Quand vient le temps d’entailler, Yvon part avec sa vieille motoneige et son traîneau rempli de sceaux, de chalumeaux et il va entailler les érables. Je me souviens quand j’étais enfant que mon oncle perçait les trous avec un vile-brequin mais aujourd’hui nous utilisons une perceuse à batteries… Faut bien se moderniser.

Sur cette photo on peut voir Yvon qui se prépare à partir.

image

image

C’est un départ.

Il a rempli son traîneau de ce que ça lui prendra pour entailler les érables.

image

On peut y voir des petites chaudières ainsi qu’un contenant de chalumeaux.

image

L’objet de métal c’est le chalumeau. L’extrémité droite du chalumeau de la photo ci haut sera insérée dans le trou percé dans l’arbre. Un crochet est fixé au chalumeau comme sur la photo suivante. Le crochet servira à retenir la chaudière qui recueillera l’eau.

image

Et voilà les chaudières sont installées et dans quelques jours on commencera à récolter l’eau que l’on fera bouillir jusqu’à ce qu’il soit assez épais pour en faire un bon sirop.

Ci bas, à gauche, Yvon a percé un trou dans l’érable et il s’apprête à y entrer le chalumeau avec quelques petits coups de marteau. Sur la photo de droite, on voit que les chaudières ont été accroché aux chalumeaux. Un couvercle est aussi accrochées au chalumeau à l’aide d’une broche pour éviter que l’eau de pluie ne vienne contaminer l’eau d’érable.

image3 [46569]                                         image4 [46570]

Sur la photo ci bas ce sont les vraies chaudières pour l’eau d’érable, elles sont en métal. Comme nous n’en avons que quelques-unes, nous utilisons aussi celles en plastique.

IMAG0067

Maintenant je vais vous montrer des photos de notre installation, assez rudimentaire, pour bouillir l’eau. Yvon a construit temporairement un carré en blocs de ciment dans lequel il a installé un brûleur au propane. Sur le brûleur il a déposé un gros chaudron qu’il remplira à moitié d’eau d’érable. Après avoir porté cette eau à ébullition,  au dessus du chaudron il installe un contenant d’eau d’érable qui dégoutte dans le chaudron.

image

 

image

 

image

Ça prendra environ 10 heures à bouillir 40 litres d’eau pour faire 1 litre de sirop. Comme on dit souvent ce n’est pas payant avec la dépense du propane et le temps que ça prend. Je crois que ça reviendrait moins cher d’aller au magasin et l’acheter. Mais nous avons la grande satisfaction de faire nous-mêmes notre sirop et comme nous le trouvons très bon c’est encore plus gratifiant. La plus grande quantité que nous avons faite en une saison a été de 6 à 7 litres. Nous en avons amplement pour une année.

Encore une fois je tiens à préciser que si je fais un tel article c’est en pensant à mes petites-filles. Dans un futur aussi éloigné que nous l’espérons, quand nous ne serons plus là, elles pourront aller sur mon site et montrer à leurs enfants comment papi et mammie faisaient du sirop dans l’ancien temps!!! Comme elles sont déjà venues chercher l’eau d’érable en motoneige avec nous, elles se remémoreront ces instants.

De nos jours des installations comme la nôtre sont presque toutes disparues. Les érablières sont modernisées avec des systèmes de tuyaux et de grosses bouillottes. Il est assez rare de voir des gens se donner autant de trouble pour quelques litres de sirop. Mais chaque printemps nous avons hâte d’aller entailler. Chaque printemps nous apporte une température différente, on ne sait jamais à quoi s’attendre et surtout on ne sait jamais si ça coulera pour la peine et combien de litres nous ferons. Si on en fait 2 ou 3 litres, nous serons contents et si on peut en faire plus ce sera encore mieux.

Le principe dans tout ça c’est de faire des choses qui nous intéressent, des choses que nous aimons, des choses qui nous font bouger et qui fait qu’on garde la forme.

Faites moi part de vos impressions en m’écrivant quelques mots, ça me fera plaisir de vous lire et de vous répondre.

Francine

 

 

 

 

 

 

 

 

 

One thought on “Le temps des sucres”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.